Tout savoir sur les objets connectés.

Les objets connectés révolutionnent l’économie et transforment le rapport de l’humain aux objets. De plus en plus présents dans nos villes, nos maisons comme dans nos entreprises, les objets connectés nous donnent un avant-goût du futur de la technologie de pointe. À peine quelques années après leur apparition, il est de plus en plus anodin de commander toute sorte de produits depuis son smartphone, de calculer son rythme cardiaque grâce à un capteur qui peut même calculer les pas, ou encore de demander vocalement à son téléphone des informations sur le temps qu’il fait dehors. Depuis leur émergence, les objets connectés ont déjà envahi de nombreux domaines, qui vont de la maison intelligente jusqu’aux nanorobots dans le secteur de la santé.
Un objet connecté est un objet relié à Internet et possédant une adresse IP, aussi appelée IOT (Internet Of Things), attribuée régulièrement aux objets connectés. On parle également d’Internet Des Objets (IDO), qui, comme l’IOT, représente la connexion du réseau Internet, Wi-Fi ou Bluetooth à des objets. Ces termes ont une signification identique et constituent les objets 2.0. Les principaux secteurs concernés par les objets connectés sont : la santé, la ville et la maison.

L’Internet des objets, ou IDO, se définie comme étant l’extension d’Internet à des choses et à des lieux du monde physique. Alors qu’Internet ne se prolonge habituellement pas au-delà du monde électronique, l’Internet des objets connectés représente les échanges d’informations et de données provenant de dispositifs du monde réel avec le réseau Internet. Considéré comme la troisième évolution d’Internet, baptisé Web 3.0 qui fait suite à l’ère du Web social, l’Internet des objets revêt un caractère universel pour désigner des objets connectés aux usages variés, dans le domaine de la e-santé, de la domotique ou du quantified self. L’Internet des objets est en partie responsable de l’accroissement exponentiel du volume de données générées sur le réseau, à l’origine du big data.

Une définition plus technique existe et explique que « Internet des Objets est un réseau de réseaux qui permet, via des systèmes d’identification électronique normalisés et unifiés, et des dispositifs mobiles sans fil, d’identifier directement et sans ambiguïté des entités numériques et des objets physiques et ainsi de pouvoir récupérer, stocker, transférer et traiter, sans discontinuité entre les mondes physiques et virtuels, les données s’y rattachant ».

D’autres définitions insistent sur les aspects techniques de l’IDO (« des objets ayant des identités et des personnalités virtuelles, opérant dans des espaces intelligents et utilisant des interfaces intelligentes pour se connecter et communiquer au sein de contextes d’usages variés »), d’autres traduisent les usages et les fonctionnalités (« la convergence des identifiants numériques »).

Kevin Ashton, pionnier de la technologie RFID (Radio Frequency IDentification – Technologie d’identification automatique), invente l’expression “Internet des objets” en 1999. Le concept émerge et voit le jour aux US, précisément au Massachusetts Institute of Technology, laboratoire réservé à l’invention d’objets connectés à l’aide de l’identification par radiofréquence et les réseaux de capteurs sans fil.

Rafi Haladjian, créateur du premier opérateur Internet en France (Francenet), invente le premier objet connecté : la lampe DAL, une lampe d’ambiance équipée de 9 LEDs connectée en Wi-Fi, offrant différentes couleurs et vendue à 790 euros. Le dispositif pouvait s’allumer de différentes couleurs en fonction de différents événements liés à la météo, la Bourse, la pollution, les alertes Google, ou encore des “envois de messages de couleurs” par sms ou email. Un peu plus tard, en 2005, l’entreprise de Rafi lance le Nabaztag, qui deviendra l’icône des objets connectés. Ce lapin connecté en Wi-Fi peut déjà lire des mails à haute voix, émettre des signaux visuels et diffuser de la musique. L’objet est toujours commercialisé aujourd’hui, sous le nom de Karotz. Mais ce n’est qu’en 2007 que le concept des IOT a pris de l’ampleur, avec la sortie du premier iPhone par Apple.

L’Internet des objets (IOT) est apparu à l’issue de la mécanisation et de la standardisation, appliquée à l’automatisation du traitement du document et de l’information sur support matériel puis numérique. Il s’est rapidement déployé avec la mondialisation. Peu à peu, les objets ont été modifiés avec des puces RFID par exemple ou conçus pour « parler le protocole IP », devenant des « objets connectés » reliés à des serveurs centralisés et/ou capables de communiquer entre eux.

Les objets connectés jouent un rôle clé dans l’amélioration de la productivité des processus industriels, en particulier avec le développement de l’automatisation, la communication en réseau avec des acteurs extérieurs (fournisseurs/clients), et la maintenance prédictive. L’IOT permet aux industriels de collecter des données pour analyser l’utilisation réelle de leurs produits, de comprendre l’usage qui en est fait par les clients et d’identifier les fonctions les plus utilisées.

N’hésitez pas de rendre régulièrement visite à notre blog pour découvrir de nouveaux articles, de nouvelles informations et de nouvelles études effectuées par les experts d’Ingenios, notre bureau d’études des lots techniques, cherchant constamment à innover et à veiller sur les dernières normes et technologies de pointe.

Leave a comment